Le haïku comme l’aiguille de l’acupuncteur….

Claire a suivi la formation à l’haïku coaching sous sa forme digitale. Je l’ai interviewé sur les bénéfices de cet outil improbable dans sa pratique de coach…Voici quelques-unes de ses réflexions.

Claire Lutig-Rochet

L’haïku comme l’aiguille de l’acupuncteur

Danielle : Peux-tu nous dire quel a été le moment le plus fort, pour toi, dans cette formation ? Un moment presque magique où tu as expérimenté un changement, le plus petit soit-il ? Un changement de regard, de perception, d’habitude ?

Claire : J’étais à la montagne et je devais écrire quelques haïkus dans le cadre d’une des séances du module; alors que je cherchais l’inspiration dans ma tête, à un moment donné j’ai regardé par la fenêtre. J’ai vu des pommiers en fleurs et l’inspiration m’est venue, d’un jet. J’ai écrit :

L’abeille est venue

Goulue elle sent le festin

Fleurs blanches sans défense

Habituellement très imaginative, cherchant dans ma tête l’inspiration, voilà que je recevais mon inspiration du contact avec la nature extérieure, présente, à portée de main. C’était donné, sans effort.

De même, un peu plus tard, me baladant dans mon jardin, j’ai vu un scarabée doré et j’ai écrit :

Eclair dans la terre

Doré le scarabée luit

Contourne la motte.

Ce qui était très nouveau, pour moi, c’était que l’intuition pouvait venir d’une observation de la nature, non d’un travail mental. Fruit de ce lien concret avec la nature, présente au réel, les idées me venaient naturellement, avec l’observation, sans recours à l’imagination, mon canal habituel.

Haïku coaching : présence au monde, présence à soi

Danielle : Qu’est-ce que cela t’a apporté, ensuite, dans ta pratique professionnelle ?

Claire : L’écriture d’haïku m’a obligé à redescendre dans mes sensations, dans mes perceptions. Je pouvais quitter le monde de mes projections futures pour embrasser le réel présent ; j’ai appris à me mettre beaucoup plus en mode « observation ». C’était une nouvelle micro-compétence pour moi.

Tout au long du module, j’ai pratiqué cette micro-compétence jusqu’à dessiner, sous une forme concrète d’haïku, toute la trame de mon projet professionnel. Je suis fière d’avoir accouchée de ce dessin, comme un dessein, sorte d’étoile du berger qui a cristallisé l’essence même de mon projet, d’une façon très épurée.

Quand j’écris des haïkus, j’exerce cette micro-compétence d’observation et de présence à mes perceptions. Je suis alors beaucoup plus dans l’instant présent, me centrant sur un état de lâcher prise et de connexion à moi-même ; je mets de plus en plus cette compétence en œuvre dans mon travail car elle me met en lien avec des ressources présentes, dans la nature d’une part et, plus généralement dans les choses concrètes, qui sont autour de moi.

Ainsi, ai-je découvert une source supplémentaire de ressources que j’utilisais peu précédemment !  J’ai, en effet, un profil de personnalité intuitif et créatif à l’extrême, passant facilement et rapidement d’une idée à l’autre, d’un projet à l’autre.

Grâce, entre autre, au travail de l’haïku, j’ai appris à canaliser cette créativité pour l’associer à du concret, du tangible, du précis.

Centrée sur l’essentiel

Claire : Tout le travail d’écriture fait dans la formation Haïku Coaching, m’a concentré sur l’essentiel ; il m’a aidé à faire le tri dans toutes mes activités pour les recentrer sur ce qui est le plus important pour moi : le travail corps-esprit et la connexion à un état de ressources pour prendre des décisions pertinentes. J’ai remarqué que ce travail était aussi en contact avec un autre de mes cadres de références : la Démarche Appréciative, Appreciative Inquiry (AI) dont l’intention est de se recentrer sur ce qui marche, ce qui fonctionne comme source d’idées et d’énergie pour atteindre ses buts, au lieu de regarder ce qui ne fonctionne pas.  Effet régénérant garanti ! J’ai, en quelque sorte, redécouvert un des aspects de cette approche, à savoir regarder tout simplement ce qui est PRESENT, là, à portée de la main.

Tout cela est globalement très positif car je me sens bien, dans le présent ; je me sens plus équilibrée. Ça me pose, ça me met dans un état plus relaxé.

Au final, tout cela m’a amené à définir ma nouvelle activité, le coaching « Puissance Fluide », qui combine les principes du Kyudo (tir à l’arc traditionnel japonais) que je pratique régulièrement avec l’AI : le Kyudo permettant de clarifier ses intentions pour les incarner et l’AI mettant nos ressources au service de ces mêmes intentions.

haïku coachingUn grand moment pour moi a été l’écriture d’un Haïku sur le tir à l’arc :

Jupe noire, les pieds glissent

Lenteur, lever l’arc – une flèche

Dans le souffle, pshhhh

Danielle : Comment ce moment fort a ouvert, en toi, une envie, même minimale, d’utiliser l’haïku en coaching et en team building ?

Claire : Concrètement, je ne m’en sers pas encore au service de mes clients ; par contre, j’ai mesuré l’impact de l’écriture d’haïku dans mon processus d’auto-coaching.

Danielle : Quelle serait le déclic pour commencer à utiliser l’écriture d’haïku comme outil de coaching ?

Claire : Peut-être devrai-je commencer à en écrire plus pour moi-même, à en écrire tous les matins. Quand ma pratique sera plus intégrée, je pourrai le proposer à d’autres. Cela me demande encore un peu de cheminement. Peut-être aussi que je peux me faire plus confiance.

Quand je relis les haïku que j’ai écrit pendant la formation, je me dis que j’en sais assez pour guider mes clients sur ce chemin; et quand je relis les haïku sur mon projet, je suis étonnée de son actualité et de sa justesse par rapport à ce qui se passe, actuellement dans mon travail.

Chaque haïku écrit a correspondu à une micro-compétence, acquise, presque à mon insu, pour faire évoluer mon business. C’est comme si ce travail avait contribué à aligner, en profondeur, ma tête, mon cœur et mon corps.

Danielle : une fois cette confiance ancrée, par quelle fenêtre comptes-tu commencer à faire travailler tes clients avec les haïku ?

Claire : j’ai très envie de proposer à mes coachés d’expérimenter  les haïku au service de leur projet professionnel, comme un condensé de leur puissance fluide au service de leur réussite professionnelle.

 

Danielle Birken

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *